Passer au contenu principal

Les 4 phases du deuil

Selon les recherches, lors d'un deuil, nous passons par des phases ou des étapes dont différents spécialistes les ont qualifiées à leur façon. Dans cet article, il sera question de 4 phases vécues pendant le deuil, et ce, décrite par le psychiatre Français, Dr. Christophe Fauré dans son livre « Vivre le deuil au jour le jour ». 

Il est important que vous sachiez, que rien de ce qui est écrit dans ce texte n'est définitif. N'en faites pas votre affaire, ne prenez pas tout au sérieux ne prenez donc pas tout au pied de la lettre, si certaines choses ne vous parlent pas ou que vous ne le ressentez pas, c'est parfait ainsi. Un autre point que je dois mentionner: il n'y a pas d'ordre à respecter dans les phases. Nous pouvons donc passer d'une à l'autre. Chaque deuil est différent et unique!
LES 4 PHASES DU DEUIL

1. PHASE DE CHOC, DE SIDÉRATION, DE DÉNI 
Au moment de la nouvelle, il peut y avoir comme un engourdissement mental et émotif, nous pouvons être sans aucune émotion et réaction. Il est possible d'avoir de la difficulté à parler ou à bouger.
Par chance, le choc existe car il permet de mettre une protection psychique avant de passer à la douleur.
Être dans le déni, c'est lorsque nous ne pouvons pas croire que nous ne verrons plus cette personne, que l'on ne pourra plus entendre sa voix, ni la toucher ou encore la sentir. 
C'est aussi dans cette phase où il nous arrive d'être à l'épicerie, de conduire ou d'attendre l'autobus et voilà qu'une envie de pleurer monte en nous, les larmes se mettent à couler et nous n'avons aucun contrôle pour les arrêter. Vous devez savoir, qu'il est très sain de pleurer car cela permet d'évacuer une surcharge afin d'éviter des maux physiques.


2. PHASE DE FUITE/RECHERCHE
Nous pouvons fuir de différentes façons soit en ne restant pas seule trop longtemps: en ayant besoin de bruit, afin de ne pas entendre notre brouhaha intérieur et en nous étourdissant en remplissant notre agenda pour ne pas penser ni ressentir quoi que ce soit. 
Certains vont faire tout à fait le contraire, ils vont sourire, être calme, faire comme si rien n'est venu bouleverser ou basculer leur vie. Par contre, après un certain temps, la fatigue se fait ressentir et lorsqu'on se retrouve seul, nous ressentons ou avons un vide intérieur.

Il est important de comprendre que cette tentative de fuir la souffrance est un temps normal d'ajustement à cette nouvelle situation. 

La recherche

Nous voyons disparaître nos habitudes, notre routine et nos points de repère du quotidien. Nous nous sentons perdus et nous ne savons pas qui nous sommes. 
Nous tentons de garder le lien et nous pensons à elle sans arrêt. C'est dans cet état qu’on croit rencontrer l’être cher sur la rue, qu’il va rentrer à la maison ou qu’il va nous téléphoner.
Nous avons besoin de rester concrètement en lien avec la personne décédé alors nous avons besoin de son contact visuel: nous plaçons ses photos près de nous, un contact tactile: nous portons ses vêtements, contact auditif: nous écoutons sa voix sur le répondeur ou un contact olfactif: nous portons son parfum.

L’objectif intérieur c'est de retrouver coûte que coûte le défunt et d'annuler son décès; dont l’idée reste encore intolérable. 



3. PHASE DE DÉSTRUCTURATION
C’est à cette phase que nous pouvons ressentir de la culpabilité, de la colère, de la peur ou un sentiment dépressif.
La colère
La colère, la rancune, la frustration ou la révolte ne sont pas des étapes absolument obligatoires.
Chez certaines personnes la colère se résume à des sauts d’humeurs ou une impatience.
La culpabilité 
Nous nous sentons coupable de ce que l’on a fait ou pas fait, de ce que l’on a dit ou pas dit, de ce que l’on a pensé ou pas pensé. Nous réalisons qu’il est trop tard pour revenir en arrière et changer le passé.
La peur 
Nos points de repères disparaissent alors la peur s'installe en nous et cela peut aller jusqu'à l'angoisse ou l'anxiété.
Vécu dépressif
C'est quand l'absence et le vide prennent une place importante.  Nous avons vécu beaucoup de stress donc nous sommes rendus au bout du rouleau. Nous sommes épuisés psychologiquement et physiquement et nous doutons qu’un jour nous puissions être heureux. 
Cette étape est souhaitable car elle indique le processus du deuil est en voie de résolution. 


4. PHASE DE RESTRUCTURATION
La phase de destruction et de restructuration se chevauche et s'entrecroise. Nous pouvons être en pleine destruction à certains niveaux et en même temps être en voie de restructuration à d'autres niveaux.

Voici quelques niveaux où il y a une redéfinition: 
- La relation à autrui et au monde: les rôles au sein de la famille ont besoin de se redéfinir. Par rapport au monde, c'est comment je suis perçu socialement et professionnellement. 
- La relation avec le défuntnous comprenons, au fur et à mesure que le processus de deuil se déroule, que la relation qu’on entretenait avec la personne disparue ne s’est pas tout simplement interrompue, mais qu’elle continue à évoluer à un autre niveau. 
- La redéfinition du temps par rapport à certaines dates clefs du calendrier: certaines périodes de l'année comme Noël, jour de l’an ou son anniversaire, prendront une signification particulière.
- La relation avec soi-même: nous sommes portés à jeter un nouveau regard sur nos croyances, nos valeurs, l’amour que nous avons pour nous-même et pour les autres. Nous ne sommes plus la personne que nous étions avant cette expérience.

C’est à cette quatrième étape que nous constatons les gains intérieurs et psychologiques que cette perte nous a apportés.  Combien nous avons grandi et évolué en tant qu'être humain. On se sent plus en paix avec nous-même.

La seule façon de cheminer dans le deuil c'est de le traverser.

Pour en connaître davantage sur ces phases et vous outillez afin de mieux traverser le deuil, je vous invite à vous procurez Le carnet pour cheminer dans le deuil.





Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

Les 5 phases du deuil amoureux

Vivre un divorce ou une séparation, peut vous donnez l'impression que quelque chose s'écroule en vous. Il est important de vivre ces émotions, afin de bien faire son deuil. En connaissant les 5 phases du deuil amoureux, vous comprendrez et accepterez mieux vos émotions et réactions. Les 5 phases du deuil amoureux 1. La dévastation L'annonce de la rupture vient tout juste d'avoir lieu. Vous avez l'impression de vivre un cauchemar. Vous êtes sous le choc. Vous pouvez vous sentir démuni et vous vous demandez si vous aurez la force de passer à travers cette rupture. Vous êtes dévasté et vous vivez plusieurs émotions fortes. C'est l'étape la plus difficile en souffrance. C'est aussi dans cette phase que vous allez ressentir le plus de maux physiques tels que des nausées, des vomissements, une perte d'appétit, un trouble de sommeil, des maux de tête, des maux d'estomac, des maux de dos ou autres maux. Le défi lors de cette période, est de ne p

Pour les mamans qui ont perdu leur enfant

"Maman, ne te tracasse pas pour moi. Maman, n'est reste pas là. Oui, mon départ t'a fait très mal! Oui, tu as toujours mal! Mais tu sais maintenant que c'était un envol non un naufrage. Oui je sais! Cela est inguérissable... Mais que cela ne t'empêche pas de penser aux autres et aussi à toi. Continue à cueillir, maman, tous les bonheurs de la vie. Même les plus petits, même s'ils ont un arrière goût de cendre parfois. Fais-toi plaisir, chante, écoute de la musique, crée quelque chose avec tes mains, crée quelque chose avec ton cœur, avec ta tête! Sans cesser de pleurer peut-être, mais crée! Je te veux vivante, Maman! Que mon départ devienne pour toi une source de vie! Je t'en prie, ne t'abandonne pas! Continu, va! Tu le sais, je suis avec toi tous les jours. Je te veux vivante, Maman! "          Extrait de N°116 du Pierres Vivantes.

Perdre son partenaire de vie

Lorsque nous perdons notre partenaire de vie suite au son décès, nous traversons le #deuil du passé, du présent et du futur. Le passé est rempli de souvenirs et d’expériences qui définissent une partie de qui nous sommes aujourd’hui.  Avec notre partenaire, nous partagions notre histoire, notre rencontre, des anecdotes, on pouvait lui parler de nos joies, nos peines, nos inquiétudes... Et maintenant, avec qui pourrons-nous faire cela? C’est avec cette personne que nous avions un passé en commun. Dans le présent , c’est une absence plutôt physique . Le manque de sa présence, ses câlins, ses baisers, son toucher, sa voix, ses paroles, son odeur, ses habitudes, ses effets personnels. Le moment que notre regard croise l’endroit où il ou elle s’assoyait et qui nous rappelle combien il nous manque. Il y a aussi une absence psychologique , nous avons perdu la personne avec qui on se confiait le plus, celle qui nous conseillait le mieux, celle dont son niveau intellectuel et son ra